La Maison Blanche prend les problèmes des femmes au sérieux. Vraiment.

Vues: 19
0 0
Temps de lecture:1 Minute, 58 Second

Mme Tchen et Valerie Jarrett, qui a été nommée présidente du conseil, ont initialement envisagé de créer un poste de conseil du genre au niveau du cabinet ou un ambassadeur du genre plus large, mais ont finalement décidé de ne pas le faire. Cela semble contre-intuitif, mais ils ont estimé que cela donnerait à la «personne de sexe» désignée moins pouvoir chaque fois que des problèmes comme le harcèlement sexuel dans l’armée ou l’agression sexuelle sur les campus universitaires se posaient.

«Si vous créiez un bureau séparé et gardiez tous les problèmes liés au genre concentrés en un seul endroit, la tentation serait de regarder en bas de la table du cabinet, de pointer du doigt la personne de genre et de dire:« Ce n’est pas mon problème, c’est leur problème » Dit Tchen.

Au lieu de cela, Mme Tchen et Mme Jarrett ont structuré le conseil comme un cabinet de conseil, poussant chaque agence à se concentrer sur les questions de genre dans ses propres rangs et un programme politique plus large. Il a travaillé avec le Département des transports, par exemple, pour former les chauffeurs d’autobus et les agents de bord à reconnaître les signes de trafic sexuel.

Le conseil, cependant, n’avait toujours pas de dirigeant à plein temps – Mme Tchen était également directrice du Bureau de l’engagement public de la Maison Blanche, et Mme Jarrett était conseillère principale de M. Obama – et ne rendait pas directement compte au président. Et il n’avait pas beaucoup d’autorité pour concevoir des politiques lui-même.

«Il était situé dans le Bureau de l’engagement du public et avait donc davantage une fonction de relations publiques ou de sensibilisation», a déclaré Lyric Thompson, directeur principal des politiques et de la défense des droits au Centre international de recherche sur les femmes.

Et, a ajouté Mme Thompson, le conseil avait tendance à négliger les questions de politique étrangère. Une grande partie de l’activité sur les initiatives mondiales de genre est venue du Département d’État, sous Mme Clinton, qui en tant que secrétaire d’État a nommé Mme Verveer la première ambassadrice du pays pour les problèmes mondiaux des femmes.

Le conseil était démantelé à nouveau en 2016, sous la direction du président Donald J.Trump, qui a également laissé vacant le poste d’ambassadeur pour les questions mondiales des femmes jusqu’en décembre 2019.

#Maison #Blanche #prend #les #problèmes #des #femmes #sérieux #Vraiment

À propos de l\'auteur de l\'article

Dernières nouvelles

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *