Danny Baggish vise la tournée PDC Darts

Vues: 4
0 0
Temps de lecture:5 Minute, 29 Second

Après des années à travailler dans la construction en Floride et à participer à des événements de fléchettes pas spécialement lucratifs aux États-Unis, Danny Baggish a finalement fait sa grande percée plus tôt ce mois-ci. À 37 ans, il qualifié pour le PDC Pro Tour, le plus haut niveau des fléchettes mondiales.

Bien que quelques Américains aient joué en tournée il y a dix ans, Baggish est le premier joueur des États-Unis à gagner sa place grâce au tournoi scolaire de qualification. Il s’est maintenant qualifié pour jouer contre les meilleurs joueurs du monde pendant les deux prochaines années, principalement en Grande-Bretagne.

Baggish, de Winter Haven, en Floride, fera ses débuts jeudi dans le championnat des joueurs à Bolton, en Angleterre. Il a parlé au New York Times de son récent succès, de l’importance des micro-rainures et de ce qui se passe lorsqu’il se rend au stand de fléchettes du carnaval.

L’entretien suivant a été condensé et édité pour plus de clarté.

Comment vous êtes-vous impliquée dans les fléchettes?

J’avais 11 ans. Mon père était vraiment passionné de fléchettes. Chaque fois que je rentrais de l’école, au lieu de sortir et de jouer au football ou au basket avec mes amis, je me dépêchais de faire mes devoirs et je m’asseyais dans le salon et jouais aux fléchettes avec mon père pendant des heures. C’était plus juste pour le plaisir. Je n’ai pas participé à des tournois avant mes 15, 16 ans.

Comment était-ce, au moment où vous avez réalisé que vous aviez fait le Tour?

Je ne connaissais pas la situation. Vous avancez selon un système de points ou si vous gagnez le tournoi carrément. Je pensais que je devais gagner carrément, car je n’avais aucun point après trois jours. Alors, quand j’ai perdu 6-2 en finale, je ne pensais pas y être. J’ai gardé la tête baissée et je me suis serré la main. Puis j’ai regardé et j’ai vu mon manager sourire. À ce moment-là, je savais que j’étais dedans.

Je porte mes émotions sur ma manche, je suis un joueur très émotif. J’ai en quelque sorte commencé à me déchirer et à laisser tomber.

Quels sont vos objectifs maintenant que vous êtes en tournée?

Je veux rester sur le Tour. Je dois finir dans le top 64 après deux ans.

Je ne dirais pas que j’ai de grandes attentes, parce que je sais que ce sera une bataille – vous jouez avec les meilleurs au monde. Mes attentes sont de rivaliser et de rester avec eux, et peut-être d’avoir la chance d’en gagner un.

Vous avez participé à deux championnats du monde. L’atmosphère lors d’un grand événement de fléchettes, au moins avant la pandémie, est remarquable. Lors des grands événements en Grande-Bretagne, les fans sont bruyants et beaucoup boivent. Qu’est-ce que ça fait de lancer des fléchettes devant une foule comme ça?

C’est une sensation incroyable. C’est quelque chose dont j’ai toujours rêvé. Ils adorent leurs fléchettes là-bas.

Combien pratiquez-vous?

Avant de prendre les fléchettes au sérieux, je comptais en quelque sorte sur ma coordination œil-main naturelle. Quand j’ai commencé à le prendre au sérieux, c’est à ce moment-là que j’ai commencé à mettre la pratique en place. Cela est passé de 30 minutes par jour à une heure jusqu’à maintenant, de deux à quatre heures par jour.

Je me concentre en pratique sur la puissance de notation. J’essaie de lancer autant de trip-20, trip-19, trip 18 que possible. C’est ma philosophie.

Est-ce que chaque joueur a un style différent, comment il se tient, comment il lance? Quel est ton?

Les techniques sont partout. Il n’y a pas de réponse correcte. Je me tiens droit, je pourrais me pencher un peu. Je suis stable et ne bouge pas mon corps. Je tiens la fléchette plus vers l’avant. J’ai beaucoup plus de micro-rainures sur ma fléchette.

Microgrooves?

Ils forent des rainures dans le canon de la fléchette, vers l’avant. J’ai plus de micro-rainures que d’autres. La rainure où je tiens ma fléchette est juste là où se trouve le pouce. S’il n’y a pas de rainures là-bas, comme certains joueurs l’ont fait, j’ai l’impression qu’il glisse sur mon pouce là où je repose la fléchette. Les rainures attrapent mon pouce, donc il ne bouge pas et j’ai plus de contrôle dessus.

Beaucoup des meilleurs joueurs de fléchettes ont des surnoms, comme La puissance, l’homme des glaces et Morsure de serpent. Avez-vous une?

Je suis le joueur. En grandissant, j’adorais faire des paris fous. lancer une pièce, peu importe. Il est resté. Mon père est mort d’une crise cardiaque dans un casino, et c’est aussi en son honneur.

Quelle est la différence entre quelqu’un qui lance peut-être des fléchettes dans un bar ou dans sa salle de jeux occasionnellement et un pro?

Le lecteur et le temps que vous mettez dans le jeu. Beaucoup de gens se plaignent que dans deux, trois ou quatre ans, ils ne vont pas bien. Je leur dis, ça m’a pris 26 ans. C’est le temps et les efforts que vous y consacrez.

De quels autres sports êtes-vous fan et y a-t-il des athlètes que vous admirez particulièrement?

Je suis un fan inconditionnel des Chicago Bulls et un fan des New York Rangers de l’époque de Mark Messier. J’ai grandi en regardant Michael Jordan. Sa détermination, sa volonté de gagner, sa capacité de clôture m’ont inspiré.

Vous avez mentionné la fermeture. Aux fléchettes, il y a des moments où vous devez frapper le double, et si vous manquez, vous êtes presque sûr que l’autre gars va gagner. Y a-t-il quelque chose de différent dans ces moments?

Absolument. Vous pouvez bien jouer, vous pouvez jouer en moyenne, mais en fin de compte, les fléchettes sont une question de timing. Si vous avez le bon timing aux bons moments. vous pouvez gagner n’importe quel match. Ce sont les moments que vous devez saisir. Vous ne pouvez pas être nerveux. Vous ne pouvez pas avoir peur. Vous devez attaquer. J’ai l’impression que c’est l’un de mes costumes les plus forts. Mentalement, j’ai cette capacité de le fermer.

Je dois demander: avez-vous déjà joué à ces jeux de fléchettes de stand de carnaval?

Bien sûr! J’essaye généralement de négocier avec eux. Je dis, je te donnerai 10 dollars, je prendrai neuf fléchettes et si je frappe les neuf ballons, j’obtiens le gros animal en peluche.

Sont-ils généralement d’accord?

Non.

#Danny #Baggish #vise #tournée #PDC #Darts

À propos de l\'auteur de l\'article

Dernières nouvelles

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *