L’Opéra de Paris va agir sur les stéréotypes racistes dans le ballet

Vues: 39
0 0
Temps de lecture:2 Minute, 11 Second

Les annonces peuvent sembler simples, mais la conversation autour de l’Opéra de Paris et de la diversité a déjà fait sensation en France cette année.

En décembre, an article in the magazine of Le Monde, le quotidien, a créé une agitation quand il a semblé suggérer que Neef envisageait d’interdire les travaux problématiques. L’article évoquait à un moment donné les «choix esthétiques» de Rudolf Noureev, le danseur de ballet russe vedette qui a dirigé le Ballet de l’Opéra de Paris pendant une grande partie des années 1980. Certaines de ses productions, que la compagnie joue toujours, mettaient à l’origine des danseurs au visage noir et au visage jaune, et bien qu’elles ne soient plus présentées de cette façon, certaines séquences, comme la «Danse chinoise» dans son «Casse-Noisette», peuvent encore sembler insensibles aux téléspectateurs. .

«Certaines œuvres disparaîtront sans aucun doute du répertoire», a déclaré Neef.

Ce commentaire, qui, d’après Neef, avait été sorti de son contexte, a été saisi par Marine Le Pen, chef du parti d’extrême droite Rassemblement national, qui écrit sur Twitter que c’était un exemple de «l’antiracisme devenu fou». Cela a également conduit à un débat dans les médias et en ligne sur si l’accent mis sur la diversité était un signe d’américanisation rampante.

Neef a déclaré qu’il ne s’inquiétait pas d’une réaction similaire au nouveau rapport. «Nous ne sommes pas ici pour promouvoir un climat de censure ou des actions dictatoriales de la part des dirigeants», a-t-il déclaré. «Le but de cette initiative est que nous voulons présenter l’opéra et le ballet d’artistes du XXIe siècle pour le public du XXIe siècle.»

Mais il était clair que la fureur avait un impact sur la rédaction du rapport. « Je m’attends à ce que l’extrême droite et les politiciens et intellectuels les plus conservateurs protestent et disent qu’il s’agit, une fois de plus, de l’américanisation de la culture française », a déclaré Ndiaye. Il l’avait soigneusement rédigé pour essayer d’éviter ces réactions, a-t-il ajouté.

L’Opéra de Paris n’est pas la seule compagnie de ballet en Europe à se retrouver prise dans des débats sur la race. L’année dernière, Chloé Lopes Gomes, la seule danseuse noire du Staatsballett Berlin, a fait la une des journaux du monde elle s’est plainte du racisme dans l’entreprise. En 2019, Misty Copeland, directrice afro-américaine à l’American Ballet Theatre, s’est plaint de l’utilisation du visage noir au Bolchoï à Moscou, bien que beaucoup en Russie aient défendu son utilisation, arguant qu’il n’était pas raciste parce que c’était ainsi que les ballets classiques ont toujours été exécutés dans le pays.



#LOpéra #Paris #agir #sur #les #stéréotypes #racistes #dans #ballet

À propos de l\'auteur de l\'article

Dernières nouvelles

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *