L’Assemblée nationale française soutient une loi contre l’extrémisme islamiste

Vues: 23
0 0
Temps de lecture:2 Minute, 7 Second

Elle interdit les prétendus «certificats de virginité», fournis par certains médecins pour les mariages religieux traditionnels, et exige le respect de l’égalité des hommes et des femmes. Le fait de tolérer le terrorisme devient un délit pouvant conduire à une interdiction d’exercer une fonction publique.

Dans l’article qui a suscité le débat le plus virulent, et dans plus de 400 amendements proposés, il impose des limites sévères à l’enseignement à domicile sans l’interdire, comme initialement proposé. L’éducation des enfants à la maison est considérée par le gouvernement comme une source du «séparatisme» qui mine les valeurs françaises, ainsi qu’un moyen pour les familles musulmanes conservatrices de garder les jeunes filles de ce qu’elles considèrent comme des influences corruptrices.

Le projet de loi s’appelait à l’origine la loi «anti-séparatisme», soulignant la conviction de M. Macron que tout citoyen doit respecter «les règles de la République parce qu’il est citoyen avant d’être croyant ou non-croyant». Il ne mentionne jamais l’islam ou l’islamisme, source de colère pour les partis de droite.

« La cible est ratée car elle n’est pas nommée », a déclaré au Figaro Philippe Bas, sénateur des Républicains. « La cible est l’islamisme qui vise à imposer sa loi totalitaire sur la loi de la République. »

Le Parti socialiste a déploré le choix de mesures de sécurité plutôt que de programmes sociaux largement élargis pour faire face à la montée de l’extrémisme dans les banlieues lugubres où les bonnes écoles et les opportunités d’emploi sont rares.

Pour le Rassemblement national de Mme Le Pen, anciennement le Front national, la législation s’est avérée problématique. Sa poignée de représentants s’est abstenue lors du vote final, ayant approuvé certains articles et déploré d’autres de ne pas aller assez loin. Mme Le Pen est en train de manœuvrer pour paraître plus présentable pour une élection l’année prochaine au cours de laquelle les sondages suggèrent qu’elle atteindra le second tour et pourrait même être élue.

Cependant, ses efforts n’ont pas été avancés par une faible performance lors d’un débat la semaine dernière avec Gérald Darmanin, le ministre de l’Intérieur intransigeant, qui l’a surpris en train de se tromper dans les statistiques et a suggéré qu’elle était devenue molle. « Vous devez recommencer à prendre des vitamines, vous n’êtes pas assez coriace, je trouve », a-t-il dit, alors qu’elle regardait avec perplexité douloureuse, après avoir tenté une explication sinueuse des raisons pour lesquelles l’islamisme, une idéologie qu’elle trouvait détestable, n’avait rien à voir avec L’Islam, la religion avec laquelle elle n’avait aucune dispute.

#LAssemblée #nationale #française #soutient #une #loi #contre #lextrémisme #islamiste

À propos de l\'auteur de l\'article

Dernières nouvelles

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *