Israéliens et Palestiniens s’affrontent autour de la vieille ville de Jérusalem

Vues: 6
0 0
Temps de lecture:4 Minute, 30 Second

JERUSALEM – Des affrontements entre Israéliens et Palestiniens ont éclaté du jour au lendemain à Jérusalem alors que des centaines de partisans d’un groupe extrémiste de suprématie juive organisaient une marche, scandant «Mort aux Arabes», près de la vieille ville.

La violence a été le point culminant de la montée des tensions entre Juifs et Arabes à Jérusalem et ailleurs au cours des deux dernières semaines. Les médias palestiniens ont rapporté que 78 Palestiniens ont été blessés et 15 d’entre eux ont été soignés dans des hôpitaux. Une vingtaine de policiers israéliens et au moins 16 civils israéliens ont également été blessés.

Plus de 50 personnes ont été arrêtées dans la mêlée, à la fois à Jérusalem-Est à majorité palestinienne et à Jérusalem-Ouest pour la plupart juive, selon la police. Le maire de la ville, Moshe Lion, a déclaré qu’il avait demandé à la police d’interdire la manifestation du groupe extrémiste, mais on lui avait dit que c’était impossible.

«Il ne fait aucun doute que c’était superflu», a déclaré M. Lion à Kan, la radio publique israélienne. « Cela n’a pas ajouté au calme dont nous avons besoin maintenant. »

L’un des principaux points chauds de la violence a été la marche de centaines de sympathisants religieux, pour la plupart jeunes, de l’organisation suprémaciste juive Lehava. Ils avaient l’intention de confronter de jeunes Palestiniens qui se sont affrontés tous les soirs avec la police à proximité de la vieille ville.

L’ambassade des États-Unis à Jérusalem s’est déclarée «profondément préoccupée» par la violence et a appelé dans un rapport pour que des «voix responsables» appellent à mettre fin à l’incitation et à rétablir le calme dans la ville.

Les tensions israélo-arabes sont à la hausse depuis le début du mois sacré musulman du Ramadan il y a environ 10 jours. Alimentant les frictions, des jeunes Palestiniens ont publié ces derniers jours des clips sur l’application de partage de vidéos TikTok montrant des attaques contre des juifs religieux, dont un s’est fait gifler au visage alors qu’il empruntait le tramway à Jérusalem. Un autre s’est fait jeter un verre sur lui en se promenant dans la vieille ville.

Dans l’ancien port de Jaffa, près de Tel Aviv, un Juif orthodoxe a été battu par des résidents arabes, provoquant des manifestations et des affrontements cette semaine.

En réponse, des jeunes juifs ont attaqué des Palestiniens dans le centre-ville de Jérusalem-Ouest, et Lehava a appelé à la marche de jeudi soir pour restaurer «l’honneur» juif.

Les Palestiniens avaient déjà affronté la police israélienne à Jérusalem-Est depuis plusieurs nuits après que la police les a empêchés de se rassembler sur les marches devant la porte de Damas, qui forment une sorte d’amphithéâtre à une entrée de la vieille ville. Les marches ont traditionnellement servi de lieu de rencontre festif pour les jeunes la nuit après la rupture du jeûne quotidien pendant le Ramadan.

Dans la nuit de jeudi à vendredi, des centaines de policiers, certains à cheval, ont créé un tampon entre les manifestants juifs et palestiniens, et les deux camps ont fini par se heurter à la police, qui a dispersé les foules avec des grenades assourdissantes et des canons à eau.

Juifs et Palestiniens se sont ensuite séparés en gangs et ont parcouru les rues de leurs côtés respectifs de la ville à la recherche de victimes potentielles.

Vendredi, la police a formé un cercle serré autour de la vieille ville de Jérusalem, craignant de nouvelles violences.

Israël a annexé Jérusalem-Est après l’avoir capturée lors de la guerre au Moyen-Orient de 1967 et revendique la souveraineté sur toute la ville. Les Palestiniens veulent que Jérusalem-Est soit la capitale d’un futur État et la plupart des pays du monde la considèrent comme un territoire occupé.

Des clips vidéo circulant sur les réseaux sociaux pendant la nuit ont montré des scènes de violence de la foule telles que des Palestiniens battant violemment un chauffeur juif dont la voiture avait été incendiée et des jeunes juifs lapidant une maison palestinienne pendant que des enfants pleuraient à l’intérieur.

Vendredi à midi, un calme tendu régnait à Jérusalem. La principale preuve de la violence de la nuit, outre la forte présence policière, était des dizaines de pierres éparpillées le long des routes, y compris une artère principale qui longe la ligne de démarcation entre Jérusalem-Est et Jérusalem-Ouest.

Le maire a déclaré que les violences étaient survenues après des mois de ce qu’il a appelé une coopération exceptionnelle entre les représentants juifs et palestiniens de Jérusalem-Ouest et de Jérusalem-Est dans les efforts pour contenir la pandémie de coronavirus.

Les dirigeants palestiniens ont blâmé les extrémistes juifs et le gouvernement israélien pour l’explosion de violence.

« Jérusalem-Est est la capitale éternelle de la Palestine et est une ligne rouge », a déclaré jeudi le bureau de Mahmoud Abbas, président de l’Autorité palestinienne basée en Cisjordanie.

Le Fatah, le parti palestinien dominant qui domine l’autorité, a félicité les résidents palestiniens de Jérusalem pour avoir défendu la ville et la mosquée Aqsa, le lieu saint musulman vénéré de la vieille ville, «avec leur poitrine nue».

Des images vidéo ont montré des Palestiniens se déversant dans la mosquée pour prier vendredi psalmodie «Allahu akbar», ou Dieu est grand, et «les martyrs marchent vers Jérusalem par millions», un cri de ralliement palestinien.

Myra Noveck a contribué au reportage.



#Israéliens #Palestiniens #saffrontent #autour #vieille #ville #Jérusalem

À propos de l\'auteur de l\'article

Dernières nouvelles

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *