Ils ont pensé: «  Pourquoi pas l’Iran  », et la décision a bouleversé leur vie

Vues: 2
0 0
Temps de lecture:1 Minute, 40 Second

Au moins trois autres citoyens américains d’origine iranienne sont détenus en Iran depuis des années.

«Au cours de la dernière décennie, l’Iran a souvent poursuivi ses objectifs de politique étrangère en détenant et en prenant en otage des binationaux. Ce dernier emprisonnement d’Emad Shargi est conforme à ce bilan », a déclaré Hadi Ghaemi, le directeur de la Centre pour les droits de l’homme en Iran, un groupe de défense basé à New York.

Alors que l’administration Biden tente de définir comment traiter avec l’Iran, ce qui pourrait inclure un retour à l’accord nucléaire, les familles des Américains emprisonnés demandent à l’administration de donner la priorité au retour de leurs proches dans toutes les négociations.

Outre M. Shargi, ceux détenus comprennent Baqer Namazi, ancien fonctionnaire de l’Unicef, son fils Siamak Namazi, homme d’affaires, et Morad Tahbaz, un entrepreneur écologiste.

L’administration de M. Trump s’est engagée avec l’Iran dans des accords d’échange de prisonniers qui ont permis la libération de deux citoyens américains détenus par les Iraniens – Xiyue Wang, un étudiant diplômé de Princeton, et Michael R. White, un vétéran de la Marine. Les autres Américains emprisonnés sont officiellement considérés par l’Iran comme des citoyens iraniens, malgré leurs passeports américains.

Le secrétaire d’État Antony J. Blinken a annoncé lundi que les États-Unis se joindraient à 58 pays dans une initiative visant à créer une approche universelle pour lutter contre les prises d’otages et les détentions arbitraires financées par l’État.

«Nous travaillerons avec nos alliés, dont beaucoup ont également des ressortissants actuellement détenus par le gouvernement iranien, pour demander leur libération et pour résister à la pratique honteuse de l’Iran d’utiliser les détentions injustes de ressortissants étrangers comme un outil politique», a déclaré le Département d’État. par un porte-parole.

En parlant de son mari, Mme Amidi Shargi a récité l’un de ses poèmes sur un ange aux ailes brisées qui, après une longue période assise, découvre encore que la résilience peut l’aider à voler à nouveau.

#Ils #ont #pensé #Pourquoi #pas #lIran #décision #bouleversé #leur #vie

À propos de l\'auteur de l\'article

Dernières nouvelles

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *