Canadiens aux touristes américains: (SVP) Restez à l’écart!

Vues: 19
0 0
Temps de lecture:6 Minute, 32 Second

Depuis que le Canada a fermé ses frontières en mars dernier pour aider à contenir la pandémie de coronavirus, de nombreux Canadiens ont transmis ce message aux visiteurs américains: «Vous nous manquez, mais restez à l’écart!

Telle est la alarme américaine touristes qui traversent la frontière que certains Canadiens conduisant des voitures avec des plaques d’immatriculation américaines en Colombie-Britannique ont été harcelés, ont vu leur voiture vandalisée et ont même bravé les assauts de compatriotes canadiens qui les ont pris pour des Américains qui avaient traversé illégalement la frontière, a déclaré la police.

L’industrie touristique canadienne est en crise; armés de leurs dollars forts et de leur zèle dévorant, les visiteurs américains ont injecté environ 11 milliards de dollars dans l’économie canadienne en 2019, dépensant plus de six fois plus que les touristes chinois et dépensant plus de huit fois ce que les touristes britanniques ont dépensé. Avant la pandémie, le Canada était la deuxième destination étrangère la plus populaire des Américains après le Mexique.

Mais les Américains, attirés depuis longtemps au Canada par, entre autres, Cosmopolite de Montréal et esprit libertin, La beauté naturelle époustouflante de Vancouver et Québec Flair européen?

Au cours des dernières semaines, j’ai décidé de répondre à cette question pour la section Voyages du Times, en parlant aux propriétaires d’hôtels, aux directeurs de musées, aux restaurateurs, aux représentants du gouvernement et aux résidents de destinations canadiennes populaires à travers le pays.

[Read: In Canada Americans Are Missed, With Limits]

Comme c’est souvent le cas lorsqu’il s’agit d’histoires sur notre plus grand cousin du Sud, celle-ci a généré une avalanche de commentaires de lecteurs de la part des Canadiens et des Américains.

Parmi eux, il y avait un mélange d’admiration mutuelle, de tireurs d’élite mutuels et, le plus souvent, de nostalgie américaine pour les jours où voyager à travers la frontière ne nécessitait guère plus que de sauter dans une voiture. (À en juger par le nombre de snowbirds canadiens voyageant en Floride et dans d’autres destinations américaines, malgré les tracas et les risques, la solitude est réciproque.)

Lucia Dashnaw, de Buffalo, a écrit qu’elle et son mari se rendaient à Montréal pour des thérapies au détail et des restaurants et que son mari conservait sa queue de cheval pandémique jusqu’à la réouverture de la frontière. «Nous restons fidèles à Martin, notre coiffeur!» elle a proclamé.

«Le Canada me manque», a écrit R. Anderson de Caroline du Nord. «De Lunenburg et du Cabot Trail en Nouvelle-Écosse à Jasper, Vancouver et Victoria, en passant par Niagara By The Lake et ses habitants modérés, le Canada est ce que je souhaite à nos États-Unis.»

Mais Al, de Kingston, en Ontario, a averti que le désir des Canadiens de recevoir des visiteurs américains ne devrait pas être exagéré. «Meh. Leur argent nous manque, bien sûr », a-t-il écrit, avant d’ajouter que les Canadiens n’étaient pas« de petits enfants aux yeux étoilés, émerveillés par la richesse et la sophistication de ces Américains légendaires ». Aie.

Jeff de la ville de New York a pesé, observant que le taux de vaccination du Canada était inférieur à celui des États-Unis, et que «Devinez quoi? Les Américains ne sont pas pressés d’aller au Canada.

Tandis que les sondages récents montrent que la grande majorité des Canadiens appuient le maintien de la fermeture des frontières aux visiteurs non essentiels, l’absence des Américains s’est certainement fait sentir à Montréal, où je réside.

Dans le Vieux-Port de la ville, les groupes d’Américains marchant dans les vieilles rues pavées sont visiblement absents, tenus à l’écart par une pandémie mortelle et, sans aucun doute, par le froid glacial. Fini aussi les touristes gastronomiques de New York, du Vermont ou du Maine Petite Bourgogne, un quartier parsemé de restaurants haut de gamme qui était autrefois connu sous le nom de «Harlem of the North».

«Tout semble mort depuis le départ des Américains», David McMillan, m’a dit le copropriétaire du légendaire restaurant Joe Beef, déplorant à quel point la pandémie avait changé le tissu social de la ville. «Il n’y a personne dans les rues la nuit, pas de bruit, il y a un parking», dit-il. «Montréal ressemble à un village plutôt qu’à une ville.»

Mélanie Joly, ministre du Développement économique du Canada, responsable du tourisme, m’a dit que la réouverture des frontières dépendrait des avis scientifiques en santé et du succès de la vaccination pour apprivoiser le virus. Entre-temps, elle a dit que le gouvernement encourageait les Canadiens à considérer leurs propres villes comme des lieux de vacances.

«Le Canada manque les Américains, nous le faisons», dit-elle. «Notre travail consiste à nous assurer que les Canadiens sont en sécurité, et nous n’y sommes pas encore.

Frederic Dimanche, directeur de la Ted Rogers School of Hospitality and Tourism Management de l’Université Ryerson de Toronto, m’a dit que le soutien au maintien des frontières fermées au Canada s’était accompagné d’un niveau de «honte aux voyages», en particulier au cours de la été, pas vu dans d’autres pays comme la France et les États-Unis.

Ecrire dans la section Voyage cet été, ma collègue Karen Schwartz, qui a la double nationalité canado-américaine et espérait rendre visite à son père octogénaire à Calgary, a fait remarquer qu’il y avait eu «tellement de rapports sur intimidation des Américains qui entrent au Canada que le premier ministre de la Colombie-Britannique, John Horgan, a rappelé aux Canadiens en colère de «Soyez calme. Etre gentil.' »

Alors que la police commençait à sévir avec des contraventions et des amendes, elle a écrit que «le scofflaw le plus gênant de l’Alberta à ce jour est un camarade de l’Alaska qui était si déterminé à profiter de Banff avec une femme de Calgary qu’il avait rencontrée en ligne» qu’il a été giflé. avec deux amendes en juin.


La section Transcanadienne de cette semaine a été compilée par Ian Austen, correspondant du Times au Canada à Ottawa.

  • Calgary est devenue une ville plus diversifiée au cours des dernières décennies. Mais son service d’incendie reste massivement blanc, masculin et imprégné de racisme systémique.

  • Pendant des années, Nadire Atas a mené une guerre en ligne dans laquelle elle a saccagé la réputation de personnes qu’elle considérait comme des ennemis ainsi que des membres de leur famille. Maintenant, la police de Toronto a accusé la femme de 60 ans de 10 chefs d’accusation chacun de harcèlement, de diffamation et de diffusion de fausses informations avec l’intention de s’alarmer.

  • Le Learjet était autrefois la limousine aéroportée de célébrités comme Frank Sinatra, et il a trouvé sa place dans les paroles de chansons de Carly Simon et Pink Floyd. Bombardier, basé à Montréal, a déclaré cette semaine que cela mettrait fin à plus de 50 ans de production des avions en faveur de ses autres marques de jets d’affaires.

  • «Land», un nouveau film tourné en les montagnes de l’Alberta et les débuts de réalisateur de Robin Wright, est le choix d’un critique du NYT.

  • Utilisateurs de Facebook au Canada font partie d’une expérience du géant des médias sociaux qui réduira la quantité de contenu politique dans leurs fils d’actualité.

  • Jan Grabowski, professeur d’histoire à l’Université d’Ottawa qui étudie l’Holocauste, a reçu l’ordre d’un tribunal polonais de s’excuser pour «des informations inexactes» dans une étude examinant le rôle joué par des Polonais dans le meurtre de Juifs pendant la Seconde Guerre mondiale. L’affaire de diffamation a alarmé les groupes juifs et les universitaires qui craignent que le gouvernement nationaliste polonais tente de freiner la recherche indépendante sur l’Holocauste.


Comment allons nous?
Nous sommes impatients de connaître votre opinion sur ce bulletin et les événements au Canada en général. Veuillez les envoyer à nytcanada@nytimes.com.

Vous aimez cet e-mail?
Envoyez-le à vos amis et faites-leur savoir qu’ils peuvent s’inscrire ici.




#Canadiens #aux #touristes #américains #SVP #Restez #lécart

À propos de l\'auteur de l\'article

Dernières nouvelles

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *