Paul Van Doren, 90 ans, décède; Construit un empire avec des chaussures de skateboard

Vues: 11
0 0
Temps de lecture:7 Minute, 13 Second

Paul Van Doren, fondateur de Vans, la société de baskets du sud de la Californie qui est devenue synonyme de skateboard presque par hasard, puis est devenue une entreprise de plusieurs milliards de dollars, est décédé le 6 mai à Fullerton, en Californie.Il avait 90 ans.

Son décès, au domicile de l’un de ses enfants, a été confirmé par un représentant de VF Corporation, qui possède désormais Vans. Il a vécu à Las Vegas.

M. Van Doren a fondé la Van Doren Rubber Company en 1966 avec l’investisseur Serge D’Elia et a rapidement recruté son plus jeune frère James et Gordon Lee, un collègue de ses années à travailler pour un autre fabricant de baskets.

L’idée était simple: vendre des baskets de haute qualité mais bon marché dans un magasin adjacent à une usine à Anaheim. La société a géré la production sur place, ce qui a facilité le traitement des commandes de différentes tailles et a permis aux acheteurs de personnaliser leurs chaussures dans un arc-en-ciel de couleurs et de motifs.

La première sneaker Vans adoptée par les skateurs était une chaussure bateau en toile, maintenant appelée Authentic. Elle se démarque par sa semelle inhabituelle, un motif gaufré en diamant qui laisse place à des formes d’étoiles sur la plante du pied. Un processus de vulcanisation a rendu le caoutchouc particulièrement adhérent, aidant les skateurs à rester sur leurs planches et à mieux les contrôler lorsqu’ils dévalaient un trottoir ou un talus

M. Van Doren a reconnu une opportunité dans le sport en plein essor, et le skate est devenu l’objectif de Vans.

«Jusqu’à l’arrivée des skateurs, Vans n’avait pas de véritable direction, pas de but spécifique en tant qu’entreprise autre que de fabriquer les meilleures chaussures possibles», a-t-il déclaré dans son mémoire, «Authentic», publié cette année. «Lorsque les skateurs ont adopté les Vans, en fin de compte, ils nous ont donné une culture extérieure et un but intérieur.»

Tendant à être jeunes et impécunieux, les skateurs étaient autorisés à acheter une chaussure à la fois si l’une d’entre elles s’usait par des traînées et des éraflures incessantes. Dans les années 1970, la société s’était efforcée de consulter directement les skateurs et de concevoir des chaussures en tenant compte de leurs besoins alors que le sport gravitait vers des terrains de plus en plus complexes, comme les piscines drainées et les half-pipes.

Tony Alva et Stacy Peralta, deux skateurs locaux devenus célèbres, ont contribué à la conception de la Era, une chaussure de skate avec un col rembourré autour du talon pour plus de confort.

«Tout le monde a expulsé ces enfants du parc, les a chassés des piscines», a déclaré M. Van Doren. Magazine de Los Angeles cette année. «Et voici une entreprise qui les écoute, les soutient et leur fabrique des chaussures.»

Vans a fourni à M. Alva et à M. Peralta des chaussures gratuites et les a parrainées dans le cadre d’une équipe de skateurs professionnels, un arrangement qui est devenu un modèle dans le secteur des chaussures de skateboard.

La société a continué à développer de nouveaux styles, comme le Old Skool, qui a des panneaux en cuir sur les orteils et le talon pour une durabilité accrue; le Sk8-Hi, un Old Skool avec un col montant rembourré pour protéger les chevilles des planches errantes; et un slip-on en toile sans lacets équipé de la semelle signature Vans.

Au début des années 1980, les chaussures étaient disponibles dans environ 70 magasins Vans, principalement dans le sud de la Californie, et dans les points de vente à travers le pays. Les chaussures avaient gagné une popularité parmi les skateurs, les surfeurs et les cyclistes BMX, mais n’étaient pas largement connues en dehors de ces marchés de base.

Cela a changé en 1982, lorsque Sean Penn portait les slips en damier noir et blanc de la société pour jouer un surfeur stoner dans la comédie pour adolescents californienne.Fast Times à Ridgemont High. »

Les chaussures sont devenues une sensation dans tout le pays et Vans est rapidement passée d’une entreprise de 20 millions de dollars à 45 millions de dollars, a écrit M. Van Doren.

Depuis, les Vans sont passés du skate park au tapis rouge, portés par des célébrités comme Kendrick Lamar, A $ AP Rocky, Justin Bieber et Gwen Stefani. Kristen Stewart a cimenté la semelle gaufrée familière dans le Hollywood Walk of Fame en 2011, et cinq ans plus tard Frank Ocean portait des slips en damier à la Maison Blanche pour rencontrer le président Barack Obama.

Vans a collaboré sur des chaussures personnalisées avec les labels Kenzo et Supreme, des sociétés comme Disney, les fabricants de musique Public Enemy et Odd Future et l’artiste contemporain Takashi Murakami. Les clients peuvent concevoir leurs propres chaussures sur le site Web de l’entreprise.

Mais Vans reste lié à sa démographie d’origine, continuant à parrainer des skateurs, des snowboardeurs, des surfeurs et d’autres athlètes et à organiser des concours de surf et de skateboard dans le monde entier. Depuis presque 25 ans, il a financé le festival de musique Warped Tour, qui comprenait des démonstrations de skateboard.

«Nous avons perdu notre père fondateur, mais ses racines sont profondément ancrées chez nous» M. Alva a écrit sur Instagram après la mort de M. Van Doren.

Paul Joseph Van Doren est né le 12 juin 1930 de John et Rita (Caparelli) Van Doren et a grandi à Braintree, Massachusetts, au sud de Boston. Son père était un inventeur qui a conçu des feux d’artifice et des pinces à linge, et M. Van Doren a appris de précieuses leçons commerciales en travaillant à ses côtés.

Il a écrit qu’il avait abandonné le lycée à 16 ans et qu’il gagnait quelque temps sa vie à la piste de chevaux et dans les salles de billard, travail que sa mère ne pouvait pas supporter. Elle l’a aidé à trouver un emploi à la Randolph Rubber Manufacturing Company, une entreprise du Massachusetts qui fabriquait des baskets en toile.

Peu de temps après, il a rencontré une collègue, Mary Doline MacLellan, connue sous le nom de Dolly, et ils se sont mariés en 1950. Le mariage s’est terminé par un divorce en 1974. M. Van Doren a épousé Andrena Aitkenhead en 1981. Elle est décédée en 2014.

M. Van Doren laisse dans le deuil deux fils, Paul Jr. et Steve; trois filles, Taffy Blake et Janie et Cheryl Van Doren; un frère, Robert; une soeur, Bernice Chute; 10 petits-enfants; et 10 arrière-petits-enfants. Son frère James décédé en 2011 à 72.

Son fils Steve, sa fille Cheryl et certains de ses petits-enfants continuent de travailler pour l’entreprise qu’il a bâtie.

M. Van Doren a passé plus de 15 ans chez Randolph Rubber. En 1964, il a déménagé dans le sud de la Californie pour y diriger une usine pour Randolph, mais il a quitté deux ans plus tard pour démarrer Vans, après avoir eu des désaccords avec la direction de Randolph.

Il a pris sa retraite au début des années 80 et son frère James a pris le contrôle de l’entreprise. James Van Doren a essayé de rivaliser avec des entreprises comme Nike et Adidas en se développant dans différents sports – course, basket-ball, lutte et break dance parmi eux – pour faire faillite en 1984, a écrit M. Van Doren.

M. Van Doren est revenu pour ramener Vans à la solvabilité. Il a recentré l’entreprise sur ses offres de base et, en quelques années, Vans a remboursé environ 12 millions de dollars de dettes, a-t-il écrit.

Lui et M. D’Elia ont vendu l’entreprise à McCown De Leeuw and Company, une société de banque à risque, pour 75 millions de dollars en 1988. M. Van Doren est resté président avant de démissionner en 1991.

VF Corporation, qui possède d’autres grandes marques telles que The North Face, Dickies, Timberland et Supreme, a acheté Vans pour près de 400 millions de dollars en 2004. Vans génère désormais environ 4 milliards de dollars de revenus annuels, a déclaré un représentant de VF, tirant des bénéfices de ses clients dévoués. comme Michael Lorenzen, un lanceur de relève pour les Reds de Cincinnati, qui a pris le monticule portant une paire de chaussures Sk8-Hi personnalisées avec des pointes, A écrit M. Van Doren.

«L’entreprise ne paie pas les gens pour faire ces choses; ils se produisent de manière organique », a-t-il ajouté. «Nos clients, célèbres ou pas, tout comme les chaussures.»

Alain Delaquérière a contribué à la recherche.



#Paul #Van #Doren #ans #décède #Construit #empire #avec #des #chaussures #skateboard

À propos de l\'auteur de l\'article

Dernières nouvelles

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *