Les employés du Brooklyn Museum font un pas vers un syndicat

Vues: 12
0 0
Temps de lecture:2 Minute, 43 Second

Les employés d’un autre des grands musées de New York ont ​​pris des mesures pour former un syndicat.

Cette fois, l’effort d’organisation a lieu au Musée de Brooklyn, où un syndicat proposé représenterait un mélange de travailleurs à temps plein et à temps partiel. Le syndicat technique, de bureau et professionnel, section locale 2110, UAW a déposé une pétition mardi auprès du Conseil national des relations du travail demandant un vote sur le syndicat.

L’unité de négociation proposée comprend environ 130 employés, a déclaré Maida Rosenstein, présidente de la section locale. Parmi eux, il y a des conservateurs, des restaurateurs, des éditeurs et des collecteurs de fonds, qui ont des emplois salariés à plein temps; et les éducateurs à temps partiel, les travailleurs des services aux visiteurs et les employés des boutiques de cadeaux, a-t-elle déclaré, ajoutant qu’il peut y en avoir d’autres qui sont classés à tort comme des entrepreneurs indépendants alors qu’ils sont techniquement des employés à temps partiel.

Natalya Swanson, une restauratrice du musée qui a participé à l’effort de syndicalisation, a déclaré que les travailleurs se préoccupent, entre autres, de la sécurité de l’emploi, de l’équité salariale et d’avoir une voie claire pour la promotion.

«Les gens voient de nombreux avantages à avoir une voix plus démocratique dans l’institution», a-t-elle déclaré. «Nous reconnaissons que nous avons la capacité de faire progresser les conditions pour tout le monde sur le lieu de travail.»

Dans une déclaration envoyée par courrier électronique, le musée a déclaré: «Le Brooklyn Museum respecte le droit de nos employés de prendre en compte et d’évaluer la représentation syndicale et s’engage à un processus coopératif, juste et respectueux afin d’obtenir les meilleurs résultats pour notre personnel.»

Le Brooklyn Museum, considéré comme l’une des principales institutions artistiques de New York, est connu pour ses expositions socialement progressistes, d’actualité et parfois provocantes.

L’année dernière, alors que plusieurs musées faisaient des déclarations publiques liées aux manifestations de Black Lives Matter ou à la mort de George Floyd, la page d’accueil du Brooklyn Museum comprenait un message disant: «Nous sommes solidaires de la communauté noire. Nous nous opposons à la brutalité policière et au racisme institutionnel et structurel. »

Un salon récemment ouvert, «The Slipstream: Reflection, Resilience and Resistance in the Art of Our Time», vise à examiner le pouvoir et à envisager «la confluence des effets dévastateurs de la pandémie, des troubles civils aux États-Unis, d’une élection présidentielle contestée et d’un changement climatique incontrôlé».

Alors que la pandémie provoquait des licenciements et des congés dans les musées de New York, les gens du Brooklyn Museum faisaient partie de ceux qui ont perdu leur emploi, a déclaré Swanson, bien qu’elle ne connaisse pas le nombre précis d’employés touchés par les licenciements.

Si le nouveau syndicat est formé, ce ne sera pas le premier au Brooklyn Museum. La section locale 1502, le conseil de district 37, la Fédération américaine des employés d’État, de comté et de municipalité, y représente déjà certains travailleurs.

La semaine dernière, les employés du Whitney Museum déménagé pour former un syndicat avec la section locale 2110, qui représente déjà les travailleurs d’institutions comme le Museum of Modern Art, le New Museum et la New-York Historical Society.

#Les #employés #Brooklyn #Museum #font #pas #vers #syndicat

À propos de l\'auteur de l\'article

Dernières nouvelles

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *