Manhattan comme muse | Le new yorker

Vues: 5
0 0
Temps de lecture:1 Minute, 54 Second

L’histoire d’un seul pied carré de Manhattan peut donner des informations sur toute une vie. Dans « Décoder Manhattan», Un livre à paraître plus tard ce mois-ci, les éditeurs Antonis Antoniou et Steven Heller ne décrivent ni ne résument consciencieusement l’histoire ou la géographie de l’île, mais se délectent des envolées fantaisistes que Manhattan a inspirées. Ils mélangent les époques, les genres et les médias pour raconter une histoire aux multiples facettes sur un lieu infiniment stratifié.

La quantité de détails spécifiques et d’éphémères que les auteurs ont rassemblés – pour une ville qui change si rapidement – est une preuve encourageante que, même si une nouvelle strate de la ville dévore celle qui l’a précédée, il y a quelques sorte d’ordre humain à tout cela. Un diagramme montre l’intemporalité d’une journée au MOMA, un autre détaille ce exactement gisait sous la rue à l’intersection de la sixième avenue et de la cinquantième rue en juillet 1939 – juste au cas où vous vous poseriez la question. D’autres pages font allusion à des mondes détruits au bulldozer en fragments de mémoire: le système pneumatique de la Western Union Telegraph Company, à partir de 1885, rappelle une avant-garde de la communication, bien avant l’apparition des textes et des e-mails. «Decoding Manhattan» est une fouille amoureuse d’une ville singulière, et un rappel de garder les yeux ouverts pendant que vous vous promenez dans Manhattan, un endroit où des trésors idiosyncratiques peuvent sortir de terre chaque jour.

Voir ci-dessous quelques pages du livre:

Illustration de Louis Biedermann dans «Jusqu’où New York peut-il grimper dans le ciel?» de Le magazine du monde, 20 janvier 1907.Gracieuseté de Nicholson Baker
Le système pneumatique de la Western Union Telegraph Company, à partir de Américain scientifique, 14 février 1885.
«Voici ce qui se cache sous la surface» d’Emil Lowenstein, tiré de Fortune, juillet 1939.
Illustration de Vera Block dans «History of Civic Services in the City of New York», d’après une série d’affiches «Water Supply» pour le Federal Art Project, 1936.Bibliothèque du Congrès
«Le musée d’art moderne: un aperçu de sa vie exubérante» de Constantin Aladjalov, de Vogue, 1945.© Condé Nast

Cet extrait est tiré de «Decoding Manhattan: Island of Diagrams, Maps, and Graphics», d’Antonis Antoniou et Steven Heller, sorti ce mois-ci chez Abrams.

#Manhattan #comme #muse #yorker

À propos de l\'auteur de l\'article

Dernières nouvelles

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *