Le départ probable de Netanyahu n’apaise pas les craintes des Palestiniens

Vues: 4
0 0
Temps de lecture:6 Minute, 46 Second

Le lendemain du jour où Israël et le Hamas ont convenu d’un cessez-le-feu, je travaillais dans mon jardin, à Ramallah, en Cisjordanie, quand j’ai entendu des coups de feu près de chez moi. La peur m’a saisi. Ma première pensée fut que les colons de l’une des trois principales colonies perchées sur les collines environnantes – Beit El, Dolev et Psagot – avaient attaqué. Quelques jours plus tôt, mon neveu avait appelé et dit que des amis à lui avaient été abattus par les colons dans une vallée voisine, où j’aime faire de la randonnée. Il m’a prévenu de ne pas y aller. Quelques minutes plus tard, j’ai entendu une autre série de coups de feu, cette fois encore plus près de chez moi. Je suis entré, certain que des colons armés défilaient dans les rues de Ramallah, tirant sur des civils. Plus tard, j’ai appris que la fusillade provenait de Palestiniens qui célébraient la revendication de victoire du Hamas.

Deux semaines plus tard, il y a un sentiment de bon débarras face à la destitution probable du Premier ministre Benjamin Netanyahu, mais aucune réduction de la peur ici. On ne se réjouit pas que Netanyahu soit remplacé par le politicien d’extrême droite Naftali Bennett, qui a été directeur général de Yesha, l’organisation faîtière des colonies juives de Cisjordanie. Bennett soutient l’annexion d’une grande partie des territoires occupés, et il s’est engagé à rejeter un État palestinien. Son ascension est une déception pour tous ceux qui pensaient que le moment était propice aux négociations de paix entre Israéliens et Palestiniens. C’est une victoire pour les colons d’extrême droite que les Palestiniens craignent.

Ramallah est entouré de trois colonies et de nombreux avant-postes et fermes israéliens, dont certains sont illégaux en vertu de la loi israélienne. Ces communautés sont souvent celles où vivent les colons les plus violents. Chaque semaine, il y a des rapports de violence des colons contre les Palestiniens en Cisjordanie. Au cours des trois premiers mois de 2021, plus de deux cents incidents ont été enregistrés, dont un mort palestinien. Dans la plupart de ces cas, la motivation était à la fois de s’emparer des terres et d’intimider et de terroriser les Palestiniens. Ces actions ont été exacerbées par la échec des autorités israéliennes faire respecter la primauté du droit aux colons coupables d’attaques.

L’organisation israélienne de défense des droits humains Yesh Din rapporté que seulement vingt-cinq, soit neuf pour cent, des deux cent soixante-treize enquêtes policières terminées sur des violences entre 2014 et 2019 ont abouti à des poursuites contre les contrevenants. Les deux cent quarante-huit autres enquêtes ont été closes sans inculpation. Le Bureau des Nations Unies pour la coordination des affaires humanitaires a signalé qu’un avant-poste de la colonie à l’est de Ramallah, qui a été créé il y a environ trois ans comme une ferme de vaches, a été une source de violence au cours des cinq premiers mois de 2020. Les résidents de trois Palestiniens villages à proximité (Jibya, Kobar et Umm Safa) rapporté que les colons de l’avant-poste ont mené des actes d’intimidation et de violence systématiques au cours de l’année écoulée, y compris des agressions.

Ces derniers mois, d’autres attaques, certaines sous la protection de l’armée israélienne, ont eu lieu en Cisjordanie. Le 4 mai, des colons ont lapidé la maison de Ghadah et Ibrahim ‘Eid et de leurs huit enfants, dans le village de Burin. La maison est à environ un mile de l’avant-poste de la colonie de Givat Ronen. Lorsque des voisins palestiniens ont essayé d’aider à défendre la famille, les soldats israéliens ont tiré des gaz lacrymogènes sur eux. Le 17 mars, un fermier de 65 ans du nom de Nu’man Samhan, de Ras Karkar, un village à quelques kilomètres au nord-ouest de Ramallah, a découvert que des colons de l’avant-poste voisin de Zayit Ra’anan avaient labouré un acre de sa terrain, déracinant quinze oliviers matures et endommageant un puits. Depuis la création de l’avant-poste, l’armée israélienne n’autorise Samhan à accéder à sa parcelle que deux fois par an, pendant les saisons de labour et de récolte. L’année dernière, des colons ont incendié une mosquée dans la ville sœur de Ramallah, Al-Birah et une inscription peinte à la bombe sur un mur : « Siège sur les Arabes, pas sur les Juifs ! La Terre d’Israël est pour le peuple juif.

Le schéma qui se déroule en Cisjordanie représente un renversement des rôles. Lors de la première Intifada, de 1987 à 1993, les Palestiniens ont lapidé les voitures des colons et bloqué les routes. De nos jours, les colons font cela aux Palestiniens. Les Palestiniens espéraient convaincre les colons qu’ils n’étaient pas les bienvenus ici et les faire revenir en Israël. Maintenant, ce sont les colons qui essaient de nous chasser et nous disent que c’est leur terre donnée par Dieu et que nous, Palestiniens, n’avons pas notre place ici. Lorsque les colons israéliens sont expulsés de Cisjordanie, ils ont un pays où retourner. Les Palestiniens n’ont nulle part où aller. Beaucoup d’entre nous en Cisjordanie sont des réfugiés qui ont été chassés de chez nous en 1948, lors de la création d’Israël, et qui n’ont pas pu y retourner.

Dans le passé, ma peur qu’Israël nettoie ethniquement la population palestinienne de Cisjordanie était apaisée par le fait que le seul endroit pour nous pousser était en Jordanie. Si cela se produisait, cela déstabiliserait ce pays, un développement que les États-Unis et d’autres nations ne favoriseraient ni ne toléreraient. Cela m’a rassuré que nous étions à l’abri d’une expulsion massive.

Les Palestiniens ont des expériences différentes de l’occupation israélienne. Les deux millions de personnes vivant à Gaza ont vu des avions de combat modernes leur tirer des roquettes. Les 2,7 millions de personnes vivant en Cisjordanie ont été épargnées par ce crime. Voir les Gazaouis subir le bruit, les tremblements, les explosions et l’incertitude quant à savoir si la prochaine bombe détruirait leur maison était déchirant.

En Cisjordanie, nous avons connu une augmentation de la violence des colons pendant des décennies. Lorsque j’étais directeur de l’organisation de défense des droits humains Al Haq, dans les années 80, les attaques de colons étaient peu fréquentes. Depuis le début de la pandémie, les attaques de colons sont quasi quotidiennes et sont soutenues par le gouvernement et l’armée israéliens dans l’espoir de créer un plus grand Israël.

Israël appelle toute résistance palestinienne à l’occupation, y compris la non-violence, au terrorisme. L’année dernière, Israël attaques déclarées par son armée sur les « opérations de combat » des manifestants non armés. Cela a élargi les limites de ce que les soldats peuvent faire et a élargi l’immunité de l’État pour les blessures causées aux civils palestiniens.

J’avais l’habitude de croire que beaucoup de choses changeraient si les Israéliens savaient ce qui se passait en leur nom et de l’échec des forces de l’ordre israéliennes à l’arrêter. Mais les colons ne font que s’enhardir. Dans un mémoire, l’ancien chef du Shin Bet, Ami Ayalon, a rapporté que Noam Livnat, un colon de la colonie d’extrême droite de Yizhar, lui avait dit : « Si les Arabes se comportaient et acceptaient notre domination, nous leur donnerions accès à l’eau et un peu d’électricité. Le fait que nous ne les ayons pas encore conduits au-delà de la frontière jordanienne était, à ses yeux, un signe de notre bienveillance.

Les colons se considèrent comme de nouveaux pionniers, inspirés par les pères fondateurs d’Israël. Beaucoup pensent probablement que le nettoyage ethnique des Palestiniens qui a rendu possible la création de l’État juif justifie l’expulsion des Palestiniens de Cisjordanie. Il y a quelques années, j’ai rencontré un colon de Dolev qui a remis en question mon droit de marcher dans la vallée où les amis de mon neveu s’étaient fait tirer dessus par des colons. Quand je lui ai dit que j’habitais à Ramallah, il m’a dit : « Contrairement à toi, je vraiment vivre ici. » Aujourd’hui, cette rencontre semble paisible par rapport à ce qui s’est passé depuis : des tournages sans poser de questions.


Favoris des New-Yorkais

#départ #probable #Netanyahu #napaise #pas #les #craintes #des #Palestiniens

À propos de l\'auteur de l\'article

Dernières nouvelles

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *