Guitare? Ouais, je barbote | Le new yorker

Vues: 8
0 0
Temps de lecture:4 Minute, 15 Second

« Joues-tu de la guitare? »

Je dois dire que c’est une sacrée question chargée. Avant de répondre, permettez-moi de m’assurer que je suis aussi cristallin que l’égéen sur ce que vous demandez.

Par « guitare », vous parlez de l’instrument composé d’un corps creux en bois et de six cordes en acier tendues ? L’instrument nonchalamment appuyé contre le mur de ma chambre, complètement désaccordé, couvert de poussière, sous l’affiche Sublime blanchie au soleil ? Cette guitare?

Et par « jouer », voulez-vous dire « exister dans un état de fantaisie perpétuelle » ? Voulez-vous dire « s’engager dans une activité pour le plaisir » ? Voulez-vous dire : « Jad, je demande juste si tu joues de la guitare, parce que tu parles beaucoup de ta guitare, et c’est la première fois que je la vois, et elle est recouverte d’une quantité choquante de poussière » ?

Laissez-moi le dire de cette façon: je barbote.

Que signifie « barboter » ? Le dictionnaire nous dit que « barboter », c’est « participer à une activité de manière informelle ou superficielle », mais je ne fais pas confiance au dictionnaire. Je ne fais confiance à rien avec une telle liaison restrictive. Je préfère utiliser ma propre définition de « barboter » : « S’être imaginé faire quelque chose tellement de fois que vous pourriez probablement le faire si vous essayiez. » Et c’est selon ces normes que je peux dire avec confiance que je peux jouer la grande majorité de la discographie de Sublime à la guitare, parfaitement et sans erreur.

Et mon chant n’est pas mal non plus.

Voilà le truc : je me mêle de la guitare. Je peux à peu près jouer de la guitare, tout comme je peux passer un test de dépistage de drogue qui vérifie uniquement les hallucinogènes microdosés. Ou à peu près payer mes factures sans envoyer à des étrangers un tas de demandes Venmo avec « ?? » dans la ligne mémo, dans l’espoir que l’un d’entre eux était assez saoul la veille pour supposer que je leur ai acheté des boissons.

Si vous me demandiez d’identifier la chaîne de Mi, je pourrais à peu près le faire, la plupart du temps, je parie. La corde de Mi est la corde fine et argentée, non ? Oh, ne me regarde pas comme ça. Vous pensez que le guitariste principal de Sublime, Bob Marley, a déjà pensé : « Je devrais utiliser la corde de Mi pendant ce solo qui fait fondre le visage », alors qu’il fait fondre les visages avec ses léchages malades et fondants ? Oui. Exactement. Et ça veut dire que j’ai quelque chose en commun avec lui. Un jour bientôt, j’aurai des milliards de dollars et je passerai mes journées avec Señor Marley, à souffler de gros nuages ​​​​de vape de mon stylo vape mince et argenté qui est presque identique à la corde de ré d’une guitare.

À quelle fréquence est-ce que je joue de la guitare ? Constamment. Est-ce que je jouerai un jour de la guitare pour toi ? Dépend. Mais je suis toujours heureux d’avoir un contact visuel prolongé tout en expliquant de manière incorrecte la différence entre les cordes en acier et en nylon.

Je suis aussi content de jouer le premier accord de « Wonderwall », mais rien d’autre, car je suis à peu près sûr que le reste de « Wonderwall » est joué à la mandoline. Je suis à une quinzaine d’années d’acheter ma première mandoline, mais j’en ai suffisamment essayé une au Guitar Center pour savoir que c’est une sacrée meilleure utilisation de l’argent du loyer que de payer un loyer.

J’aimerais vous dire ce que je porterais pour ma première performance au festival : Doc Martens, un T-shirt du 5K de mon lycée privé rentré dans un jean patchwork, une ceinture tressée, un fedora empilé sur un snapback des Chicago Bulls (Je ne suis pas la NBA, mais j’aime la prairie américaine), quatorze bagues, six cents bracelets joncs et un collier ras de cou qui dit « TIBET GRATUIT ».

Dieu, qu’est-il arrivé au Tibet ? Ces gars n’ont pas sorti d’album depuis une éternité.

Hé, tu as une guitare aussi, non ? Pourquoi ne l’apportez-vous pas ? Je vais concocter quelques-unes des fameuses pizzas DiGiorno de mon colocataire et nous allons nouiller sur nos six cordes. Nous allons improviser un peu, nous engager dans une certaine vulnérabilité sonore et réaliser que notre connexion transcende le superficiel. Nous partagerons un baiser, commencerons une relation et nous nous marierons, une union glorieuse que mes parents n’ont jamais vue venir. Des années plus tard, quand nous serons assis sur notre porche, je soupirerai de contentement, saisirai ta main et avouerai que je ne jouais pas vraiment de guitare cette nuit-là dans mon appartement. J’étais en train de mimer pendant que le karaoké acoustique de Sublime jouait depuis mon téléphone. Tu vas rire, serrer ma main et me dire que tu m’aimes quand même. Et, pour la première fois de toute ma vie, je me sentirai entière.

À bien y penser, je ne suis pas sûr d’avoir le temps pour ça. Je suis trop occupé à apprendre la basse, et je dois dire que je deviens sacrément bon dans ce domaine.


Plus d’humour

#Guitare #Ouais #barbote #yorker

À propos de l\'auteur de l\'article

Dernières nouvelles

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *