Un haltérophile ougandais disparu est retrouvé

Vues: 8
0 0
Temps de lecture:2 Minute, 37 Second

TOKYO — Un homme s’identifiant comme l’haltérophile ougandais qui a disparu la semaine dernière, après avoir quitté sa chambre d’hôtel dans un camp d’entraînement dans la préfecture d’Osaka au Japon, la police a retrouvé la police dans une ville à environ 160 km. Une déclaration du gouvernement ougandais a déclaré que l’homme est l’athlète disparu.

L’homme, identifié comme Julius Ssekitoleko, 20 ans, l’haltérophile qui n’a pas fait partie de l’équipe olympique de son pays et qui devait initialement rentrer en Ouganda mardi, a été retrouvé au domicile d’une connaissance à Yokkaichi City, dans la préfecture de Mie, portant identification.

Vendredi, M. Ssekitoleko a été porté disparu dans sa chambre d’hôtel après qu’il ne s’est pas présenté pour un test quotidien de dépistage du coronavirus à Izumisano. Il a laissé une note disant qu’il souhaitait travailler au Japon. Depuis, la police le recherche.

Naoki Fukuyama, un responsable du département de police de la préfecture d’Osaka, a déclaré que la police consultait l’ambassade ougandaise pour savoir où le livrer. Les huit autres coéquipiers qui s’entraînaient également à Izumisano ont déménagé lundi au village olympique.

Dans un communiqué publié le Twitter, l’ambassade ougandaise à Tokyo a déclaré qu’elle travaillait avec les autorités japonaises pour permettre le retour « sûr et sécurisé » de M. Ssekitoleko en Ouganda dès mercredi.

« Tout problème lié à une prétendue fuite du devoir pour lequel il avait été amené à accomplir au Japon et à la disparition connexe du camp d’entraînement sera traité de manière appropriée à son retour en Ouganda », indique le communiqué.

A Kampala, Okello Oryem, un jeune ministre du ministère ougandais des Affaires étrangères, a qualifié M. Ssekitoleko de « traître ».

« Ce comportement et cet acte sont traîtres », a déclaré M. Oryem aux journalistes après avoir rencontré l’ambassadeur du Japon à Kampala.

Selon M. Fukuyama, la police avait suivi M. Ssekitoleko sur une caméra de surveillance en train de prendre un train à grande vitesse d’Osaka à Nagoya, où il a rencontré un autre homme et s’est rendu à Gifu dans le centre du Japon.

Des policiers ont visité la maison de cet homme, où il leur a dit que M. Ssekitoleko avait déménagé dans une autre maison à Yokkaichi, où la police l’a trouvé mardi après-midi.

« C’est peut-être un héros dans son pays, mais il a estimé qu’il était difficile de retourner dans le pays car il a appris qu’il ne pouvait pas participer aux Jeux », a déclaré M. Fukuyama. « Il devait espérer gagner et ramener la médaille d’or dans son pays. Je suis désolé pour lui. Je me suis senti soulagé qu’il ait été retrouvé et je veux le remettre le plus tôt possible car de nombreux citoyens s’inquiètent. »

Le mois dernier, un entraîneur et un athlète de la délégation olympique ougandaise ont été testés positifs pour le coronavirus après leur arrivée au Japon. Il n’était pas clair si M. Ssekitoleko était l’un d’entre eux.

« Ce n’est pas un criminel », a déclaré M. Fukuyama. « Même s’il a enfreint les règles olympiques, il n’a aucun problème à faire quoi que ce soit car son visa est valide. »

Musinguzi Blanshe a contribué au reportage de Kampala, en Ouganda.



#haltérophile #ougandais #disparu #est #retrouvé

À propos de l\'auteur de l\'article

Dernières nouvelles

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *