Sam Mikulak se qualifie pour ses troisièmes Jeux Olympiques

Vues: 8
0 0
Temps de lecture:5 Minute, 59 Second

ST. LOUIS – Après près d’une décennie en tant que meilleur gymnaste masculin américain, Sam Mikulak a déclaré qu’il s’était immédiatement senti soulagé samedi lorsqu’il a fait sa troisième équipe olympique.

« Oh mon Dieu, je l’ai fait », a-t-il déclaré plus tard, expliquant la joie qui l’a submergé lorsqu’il a entendu son nom l’appeler alors qu’il était l’un des gymnastes se rendant aux Jeux de Tokyo.

Il y a un an, Mikulak, six fois champion national du concours multiple, ne se serait jamais imaginé rejoindre ses compatriotes américains Brody Malone, Yul Moldauer, Shane Wiskus et Alec Yoder dans l’équipe olympique de cette année.

Mikulak, de Newport Coast, en Californie, était tombé dans une dépression et avait lutté contre des problèmes de santé mentale lorsque les Jeux de Tokyo ont été reportés, a-t-il déclaré. Le changement d’horaire dramatique l’a laissé perdu et paniqué à propos de sa place dans le monde, surtout sans gymnastique pour lui donner un but.

Avec l’aide de professionnels de la santé mentale, dont un thérapeute et un psychologue du sport, Mikulak, 28 ans, a déclaré qu’il avait finalement compris que son estime de soi n’était pas liée à ses performances sportives. Cela s’est également traduit par le fait que son bonheur ne dépendait pas de sa perfection, bien que la perfection soit quelque chose que la gymnastique exige. Cette prise de conscience est ce qui l’a catapulté au sommet de son sport.

« Je suis tellement heureux d’être ici », a-t-il déclaré, ajoutant qu’il n’était plus obsédé par la victoire. « Je pense que cela a été le grand changement. »

L’ère de Sam Mikulak est presque terminée, a-t-il déclaré. Il prend sa retraite à la fin de cette année et a reconnu que Malone n’est pas seulement l’avenir du sport mais aussi son présent. Les performances de Malone au cours des derniers mois donnent du crédit à cette idée. Pendant ce temps, Malone, 21 ans, de Summerville, en Géorgie, a remporté son deuxième championnat national de la NCAA au concours multiple, avec Stanford. Il a également remporté le championnat national des États-Unis et a terminé premier les deux jours des essais olympiques.

Malone a remporté les essais samedi loin devant Yul Moldauer, 24 ans, d’Arvada, Colorado, deuxième, et Shane Wiskus, 22 ans, de Spring Park, Minn., troisième. Malone et Moldauer ont décroché les deux places garanties dans l’équipe olympique, tandis que Wiskus et Mikulak ont ​​été choisis par un comité de gymnastique des États-Unis.

De plus, Alec Yoder, d’Indianapolis, 24 ans, a été sélectionné pour concourir à la place olympique supplémentaire que les États-Unis ont remportée grâce à leur performance aux championnats panaméricains seniors plus tôt ce mois-ci. Il sera un spécialiste de l’épreuve, au cheval d’arçons, et ne concourra pas dans l’épreuve par équipes.

L’équipe principale de quatre hommes a un mélange de personnalités et d’expérience : Mikulak est le vétéran qui pratique la pleine conscience et la gratitude au quotidien. Malone est le nouveau venu calme et imperturbable. Moldauer est la pom-pom girl enflammée et vocale. Wiskus, la quintessence de la résilience.

Brett McClure, le coordonnateur de l’équipe masculine de haute performance, a qualifié Malone de « étalon » après la fin des essais.

« Il avait juste l’air inébranlable », a-t-il déclaré à propos de Malone, qui a à peine montré aucune émotion alors qu’il passait d’engin à engin et dominait les essais olympiques.

Moldauer, cependant, est tout sauf stoïque. Son énergie positive ne peut être contenue – il est connu pour donner des cours de break dance lors de fêtes – et McClure a déclaré qu’il appréciait la façon dont cela motivait les gymnastes autour de lui.

Aux essais, Moldauer a terminé chaque épreuve en pompant ses bras, en dansant et en criant à la foule comme s’il venait de remporter une médaille d’or.

« J’essaie toujours d’apporter le battage médiatique », a-t-il déclaré. « Je veux que mon équipe ressente l’énergie qui la fait exceller. »

Pour Wiskus, faire partie de l’équipe olympique a montré comment il peut exceller et rebondir même dans l’adversité la plus difficile. Quand il a entendu son nom appelé pour faire partie de l’équipe, il a pleuré parce qu’il était tellement dépassé.

Il ne pouvait pas inventer l’histoire de ce qu’il avait vécu récemment, dit-il, même s’il essayait. Sa saison à l’Université du Minnesota a été écourtée l’année dernière et il a été relégué à la pratique de la gymnastique dans sa cour, puis dans les gymnases locaux. Enfin de retour sur le campus du Minnesota, l’université couper son programme de gymnastique masculine. Il existait depuis 118 ans et avait réussi à produire des gymnastes remarquables, comme Wiskus, même s’il n’y avait pas assez de place dans son gymnase pour un sol de gymnastique grandeur nature.

Puis, lors des championnats nationaux ce mois-ci, Wiskus est tombé trois fois de la barre fixe – faisant taire la foule d’inquiétude – avant qu’il ne termine enfin sa routine. Il est revenu avec une solide performance aux essais pour prouver que l’équipe américaine pouvait compter sur lui.

« Je viens juste de passer par la sonnerie », a déclaré Wiskus. « Je me suis dit que j’en avais assez vécu. Je suis prêt à montrer ce que je peux faire.

Ensemble, l’objectif de l’équipe sera de remporter la première médaille olympique de gymnastique pour les hommes américains en 13 ans. La dernière fois que l’équipe est montée sur le podium aux Jeux olympiques, c’était lorsqu’elle a remporté une médaille de bronze aux Jeux de 2008 à Pékin. McClure, qui a aidé l’équipe masculine américaine à remporter une médaille d’argent aux Jeux olympiques de 2004, a déclaré qu’il ne serait pas facile de briser cette séquence cette année.

L’équipe américaine a été particulièrement touchée par la pandémie car les fermetures ont entraîné la fermeture d’universités à travers le pays, a-t-il déclaré, et beaucoup d’athlètes de son équipe nationale se sont entraînés dans des universités.

« En regardant la Chine, la Russie et le Japon, ils ont tous bouillonné immédiatement et ont pu rester ensemble et continuer leur entraînement, et nous ne pouvions pas », a déclaré McClure. « Alors c’était dur. »

L’équipe, cependant, peut se tourner vers Mikulak pour obtenir des conseils sur la façon de gérer la pression des Jeux olympiques et de trouver un moyen d’être au moins performant. Il a participé à deux Jeux olympiques, ces deux équipes masculines terminant cinquièmes des compétitions par équipes. En 2012, Mikulak a terminé cinquième au saut de cheval. En 2016, il a terminé quatrième à la barre fixe.

Ses coéquipiers ont déclaré qu’ils ne souhaiteraient rien de plus que de terminer sa carrière avec « un peu de matériel », a déclaré Moldauer, faisant référence à une ou deux médailles olympiques. Et ils espèrent l’aider à le faire.

Lors de l’examen des conseils qu’il pourrait partager avec ses coéquipiers, qui sont tous des olympiens pour la première fois, Mikulak a déclaré qu’il les mettrait en garde contre l’intériorisation des attentes des autres. Faites juste la gymnastique pour vous-même, a-t-il dit, et ne vous mettez pas la pression.

« J’aurais aimé que quelqu’un dise moi ça », a-t-il dit.

#Sam #Mikulak #qualifie #pour #ses #troisièmes #Jeux #Olympiques

À propos de l\'auteur de l\'article

Dernières nouvelles

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *