Les Blue Jays reviennent enfin au Canada

Vues: 36
0 0
Temps de lecture:6 Minute, 35 Second

TORONTO — Lorsque le coronavirus a envoyé le monde en lock-out au printemps 2020, la zone entourant le Rogers Centre au cœur du centre-ville de Toronto est devenue une sorte de terrain vague désolé. Les sons familiers de la foule le jour du match et des scalpers criant à tue-tête ont été remplacés par des groupes de yoga en plein air socialement éloignés, des résidents se promenant quotidiennement avec leurs animaux de compagnie et des passionnés de tennis occasionnels travaillant sur leur front contre le mur de briques adjacent à l’entrée du stade.

Si un tumbleweed avait traversé, personne ne l’aurait remarqué.

Pendant 161 matchs de saison régulière et éliminatoires sur deux saisons, les Blue Jays de Toronto ont quitté leur nid et ont joué sans véritable domicile après que le gouvernement canadien a rejeté la demande de l’équipe de jouer à Toronto pendant la pandémie, citant des inquiétudes concernant les voyages transfrontaliers vers et depuis les États Unis.

Alors que toutes les autres équipes de la Ligue majeure de baseball sont restées dans leur ville natale, accueillant de nouveau les fans dans ses stades au début de cette saison, la seule équipe canadienne dans les majeures est restée sur la route, jouant d’abord des matchs à domicile supposés au minuscule TD Ballpark à Dunedin, Floride, puis à Sahlen Field, un stade de baseball de classe AAA modernisé à Buffalo, État de New York. À la mi-juillet, les Jays ont finalement reçu approbation de retour au Canada.

Le baseball est un sport de statistiques. Des moyennes au bâton aux circuits à la maison, en passant par le pourcentage de coups sur la base et les victoires au-dessus du remplacement, aucun sport ne communique plus par le biais de chiffres que le passe-temps américain. Vendredi, alors que le stade longtemps en sommeil du centre-ville de Toronto prenait enfin vie, il n’y avait qu’un seul chiffre dans toutes les têtes : 670.

Cela faisait 670 jours que les Blue Jays n’avaient pas disputé un match au Rogers Centre. Le nombre semblait être partout vendredi, des membres du personnel de l’équipe en chemise le faisant référence au compte de médias sociaux de l’équipe rappelant aux fans combien de temps ils ont attendu cette réunion.

Officiellement, un match de baseball a été joué à Toronto entre les Blue Jays et les Royals de Kansas City. Mais ce qui s’est passé à l’intérieur du stade vendredi était quelque chose de plus. La pandémie a privé la plupart des gens de leurs routines quotidiennes. Au fur et à mesure qu’ils reviennent à leur ancien mode de vie, certains morceaux de normalité sont ramassés en cours de route. Le stade était rempli de bon nombre de ces pièces vendredi.

Près de trois heures avant le premier pitch, George Springer et Vladimir Guerrero Jr. se relayaient pour lancer des balles de baseball hors du parc pendant l’entraînement au bâton. Entre-temps, ils ont ri et dansé avec le directeur Charlie Montoyo, s’imprégnant d’un retour au Canada. Sur le terrain, le président et chef de la direction de l’équipe, Mark Shapiro, a observé de près les employés de l’équipe et les membres des médias, les accueillant de nouveau au stade.

Les Jays sont revenus dans une équipe très différente. Lorsqu’ils ont joué pour la dernière fois au Rogers Centre en 2019, les fans faisaient des adieux émouvants au joueur de premier but Justin Smoak – qui jouait son dernier match avec Toronto – et l’équipe terminait une saison 67-95. Ils sont revenus avec Guerrero s’étant imposé comme l’une des stars les plus excitantes du jeu, une formation menant les majors dans les circuits à la maison et une équipe avec le quatrième meilleur différentiel de points de la Ligue américaine qui leur donne de grands espoirs de s’améliorer. sur un bilan décevant de 51-48.

Ils retournent également dans un monde très différent. En vertu des directives établies par la province de l’Ontario à l’étape 3 de ses plans de réouverture des sites extérieurs, les Jays ne sont autorisés qu’à 15 000 fans par match (environ 30 % de la capacité du stade de 49 286 personnes). Le niveau 500, généralement réservé aux purs et durs et aux fans parfois belliqueux, est resté fermé. Le éventails découpés en carton occuper certaines sections à ce niveau n’était qu’un des rappels que la normale reste un terme relatif.

Des masques étaient obligatoires pour tous les fans (bien que certains aient poussé leur chance en les portant bien en dessous du niveau prévu sur leur visage). Le poste de pilotage de WestJet, une zone de places debout sur le terrain central pour les fans les plus bruyants, a été réduit à un maximum de six personnes socialement éloignées à la fois.

La foule, cependant, s’est sentie bien plus nombreuse que la fréquentation répertoriée de 13 446 personnes. Les fans ont formé de longues files dans chaque magasin de l’équipe. Les maillots Springer et Hyun-jin Ryu semblaient être les meilleurs vendeurs (donnant une certaine concurrence à la mer des maillots Guerrero Jr.). Le prix de 25 $ n’a pas empêché de nombreux fans de commander des incontournables du stade canadien : poutine et bière.

Tout comme l’équipe retrouve sa ville natale, les fans ont également été réunis. Des groupes de personnes se croisaient à chaque coin du stade. Certains se sont livrés à des câlins complets. D’autres ont simplement serré la main et se sont arrêtés brièvement pour rattraper leur retard.

Après une bande originale d’avant-match qui comprenait « The Boys Are Back in Town » et Chris Martin de Coldplay chantant le refrain de « Homecoming », les Blue Jays ont finalement pris le terrain avec des travailleurs de la santé du Toronto General Hospital les saluant tout en agitant les drapeaux de l’équipe.

Ce stade a vu sa juste part de moments emblématiques, de Joe Carter Coup de circuit des World Series 1993 chez José Bautista bat-flip emphatique contre les Texas Rangers lors d’un match de la série de division en 2015. Ces moments ont secoué le stade jusqu’à son cœur. L’ovation que les Blue Jays ont reçue lorsqu’ils sont entrés sur le terrain vendredi ne pouvait pas égaler ce niveau de décibels, mais un sentiment d’euphorie et de soulagement a balayé le stade. De la section des médias aux fans dans les tribunes, il y avait très peu d’yeux secs lorsqu’un montage de fans a joué sur le grand Jumbotron au centre du terrain. Une libération d’émotion a suivi avec le premier des nombreux chants « Let’s Go, Blue Jays ».

Pendant les heures qui ont suivi, ce n’était qu’un autre match de baseball typique un vendredi soir animé au Rogers Centre, à quelques ovations debout et chants «MVP» pour Guerrero Jr., qui a reçu la plus grande réception de la foule toute la nuit.

Les Jays sont officiellement rentrés chez eux à 19 h 28 lorsque Ross Stripling a offert une frappe au premier lancer à Whit Merrifield. Un coup de circuit de Teoscar Hernandez en deuxième manche a placé l’équipe locale sur le tableau. Un circuit de deux points de Bo Bichette en septième manche a donné à Toronto une avance de 6-2. Le joueur de troisième but Santiago Espinal a enregistré la finale lors de la victoire 6-4 avec une prise à mains nues, offrant une fin parfaite à un retour de livre de contes.

Après une dernière ovation debout pour l’équipe locale, les fans se sont dispersés et se sont dirigés vers les sorties, le premier match d’un homestand de 11 matchs étant terminé. À l’extérieur du stade quelques minutes plus tard, le bruit des voitures klaxonnant et la ruée des conversations qui se chevauchent parmi la foule au départ ont rappelé une dernière fois que le stade, qui était resté en sommeil au cours des deux dernières années en souvenir d’une vie interrompue, était de nouveau opérationnel. .

#Les #Blue #Jays #reviennent #enfin #Canada

À propos de l\'auteur de l\'article

Dernières nouvelles

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *