Le compositeur des Jeux olympiques, Keigo Oyamada, démissionne suite à l’intimidation de camarades de classe handicapés

Vues: 10
0 0
Temps de lecture:2 Minute, 55 Second

Le compositeur de musique pour les cérémonies d’ouverture et de clôture des Jeux olympiques a démissionné lundi après avoir reconnu qu’en tant qu’étudiant, il avait intimidé ses camarades de classe handicapés.

Keigo Oyamada, 52 ans, qui utilise le nom de scène Cornelius, annoncé sur Twitter qu’il avait remis sa démission au comité d’organisation de Tokyo quatre jours seulement avant de superviser la musique de la cérémonie d’ouverture.

Peu de temps après l’annonce, des extraits d’entretiens qu’il avait accordés dans les années 1990 à un magazine japonais, dans lesquels il décrivait comment il avait abusé de ses camarades de classe des années plus tôt, ont fait surface sur les réseaux sociaux. Les entretiens citaient M. Oyamada disant qu’il s’était moqué d’enfants trisomiques, déshabillé ses camarades de classe et les avait forcés à se masturber.

Avec un renforcement de la pression et un pétition appelant à sa démission, M. Oyamada a déclaré qu’il était devenu « conscient que je manquais de considération pour beaucoup de gens lorsque j’ai accepté l’offre de participer » aux cérémonies olympiques.

La semaine dernière, dans un précédent déclaration publié sur Twitter, M. Oyamada a tenté de diffuser des critiques croissantes sur les entretiens avec des excuses. Il a déclaré que de nombreuses parties des articles « s’écartent de la vérité ». Mais, a-t-il ajouté, « il ne fait aucun doute que mes camarades de classe ont été blessés par mes paroles et ma conduite ».

« Je suis profondément désolé de la façon dont mes paroles et mes actions ont blessé mes camarades de classe et leurs parents », a-t-il écrit. « Je regrette et j’assume la responsabilité d’être dans une position où je blesse les autres plutôt que d’être un ami pendant mes années d’école. » Il a ajouté qu’il avait pris le temps de « réfléchir » et de « reconsidérer ».

Les organisateurs des Jeux olympiques de Tokyo ont publié un communiqué disant qu’ils avaient accepté sa démission. Initialement, les organisateurs avaient dit qu’ils espéraient continuer à travailler avec M. Oyamada, malgré ses actions « inacceptables ».

« À la lumière de ses excuses sincères, nous avons exprimé notre volonté de permettre à M. Oyamada de poursuivre ses travaux de préparation dans le court laps de temps qui reste avant la cérémonie d’ouverture », indique le communiqué. « Cependant, nous en sommes venus à croire que cette décision était erronée et nous avons décidé d’accepter sa démission. Nous présentons nos plus sincères excuses pour l’offense et la confusion causées à tant de personnes pendant cette période. »

M. Oyamada est la troisième personne associée au comité d’organisation à démissionner après un scandale ces derniers mois.

En mars, Yoshiro Mori, l’ancien président du comité d’organisation de Tokyo, résigné après il suggéré que les femmes parlent trop dans les réunions, déclenchant une tempête de feu antisexiste.

Le même mois, Hiroshi Sasaki, le directeur créatif original des cérémonies d’ouverture, a été forcé de partir après que la rumeur ait révélé qu’il avait appelé un comédien populaire et créateur de mode grande taille, Naomi Watanabe, à « Olympig. » À l’époque, il lui décrivait un rôle dans les cérémonies d’ouverture où elle dégringolait du ciel affublée d’oreilles de cochon.

La cérémonie de vendredi au nouveau stade olympique de Tokyo est susceptible d’être une version diminuée du plan initial, étant donné les restrictions liées au coronavirus et l’absence de spectateurs. Les organisateurs ont du mal à lutter contre l’anxiété croissante du public alors que de plus en plus d’athlètes et de personnel olympique sont testés positifs pour le coronavirus.



#compositeur #des #Jeux #olympiques #Keigo #Oyamada #démissionne #suite #lintimidation #camarades #classe #handicapés

À propos de l\'auteur de l\'article

Dernières nouvelles

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *