Le cas d’une équipe de 32 euros

Vues: 10
0 0
Temps de lecture:1 Minute, 42 Second

Il y a suffisamment de qualité dans les rangs de l’UEFA pour inviter plus d’équipes sans diluer les standards du tournoi : la Serbie, la Norvège, la Roumanie, l’Irlande du Nord, la République d’Irlande, la Grèce, l’Islande et la Bosnie (les huit meilleures équipes non présentes cette année, selon système de classement profondément défectueux de la FIFA) ajouterait, plutôt que soustraire, à la compétition.

Pour le faire de manière responsable, cependant, l’UEFA devrait s’engager dans une refonte majeure du fonctionnement du football international. Les joueurs d’élite sont déjà invités à jouer beaucoup trop de matchs, à la fois par leurs clubs et leurs pays. La FIFPro, le syndicat mondial des joueurs, a averti à plusieurs reprises que l’épuisement professionnel entraînerait une augmentation des blessures, une conviction partagée par un certain nombre d’entraîneurs de premier plan et, de plus en plus, par les joueurs eux-mêmes.

Pour que l’Euro se développe, il faudrait donc que quelque chose donne : à savoir, le processus laborieux et prévisible de qualification. Plutôt que d’obliger les grandes nations à sauter à travers des cerceaux pendant deux ans avant d’atteindre de toute façon les finales, il serait plus logique de garantir à chacune une place.

Pour les apparences, cela pourrait peut-être être déguisé en une place pour toutes les nations qui ont remporté un tournoi majeur : Italie, Allemagne, France, Angleterre, Espagne, Pays-Bas, Portugal, Grèce et Danemark. La Russie et la République tchèque pourraient également être incluses, bien qu’elles aient techniquement remporté l’Euro dans une autre vie et sous un autre nom.

Ils seraient rejoints par les cinq équipes les mieux classées à ne pas avoir remporté d’honneur : actuellement la Belgique, la Suisse, la Croatie, le Pays de Galles et la Suède. Ces 16 équipes seraient exemptées de qualification, mais plutôt que de rester inactives pendant deux ans, elles seraient repêchées dans une version du concept à succès de l’UEFA Nations League : quatre divisions de quatre équipes, les vainqueurs de chacune jouant dans un tournoi biennal d’une semaine. , comme ils le font maintenant.

#cas #dune #équipe #euros

À propos de l\'auteur de l\'article

Dernières nouvelles

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *